Zoom sur l’huile de palme

L’huile de palme est une huile végétale extraite par pression à chaud de la pulpe des fruits du palmier à huile. Il faut compter environ 100 kg de fruits pour obtenir environ 22 à 25 kg d’huile de palme. C’est dire si son rendement est fort.

Le palmier à huile fournit 3 types de produits :

L’Huile de palme : Elle est extraite par pression à chaud de la pulpe des fruits, elle a une couleur rouge. Elle est utilisée notamment dans l’alimentation, les cosmétiques et les industriels notamment comme agro-carburant. On la retrouve un peu partout : chips, croûtons, soupes lyophilisées, biscuits, lait pour bébé, sardines en boîte, bouillon de poulet instantané, mayonnaise, sauce tomate, céréales, chocolat, glaces, fromage râpé etc, savon, crèmes… C’est une matière grasse sans aucun intérêt (hormis son prix !)

L’Huile de palmiste : elle est extraite des graines et est traité dans le pays importateurs. Elle est utilisée par l’industrie cosmétique mais aussi comme huiles de cuisson, pour les détergents, dans les peintures…

Les tourteaux : Ils sont obtenus après l’extraction de ces huiles, ils servent à l’alimentation animale. Ils ont connu un fort développement à partir de 2001, suite à la crise de la « vache folle » et à l’interdiction d’utiliser des farines animales.

Les vertus de l’huile de palme :

L’huile de palme est utilisée depuis longtemps par les pays producteurs originels, notamment dans la cuisine africaine. Non raffinée et non traitée elle est riche en vitamine A et E. Alternative au beurre et aux graisses végétales hydrogénées, elle a dans un premier temps été particulièrement utilisée en Europe depuis les années 70, puis a vu son utilisation se répandre dans l’industrie agro-alimentaire.

Riche à plus de 50% d’acide gras saturés, les mêmes que l’on retrouve dans les graisses d’origine animale, la consommation d’huile de palme, est donc nocive pour la santé, elle  fait grimper le cholestérol et ainsi accroit le risque de maladies cardio-vasculaires.  Utilisée par les industriels pour des cuissons à hautes températures, elle peut générer aussi  de l’acrylamide, une substance nocive et potentiellement cancérigène pour l’homme selon le CIRC. (Centre international de recherche sur le cancer)

Crédit Photo : http://www.agroligne.com

Author: Emie

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *