Zéro Déchet | ITW Béa Johnson

© Crédit photo - LAURA FLIPPEN
© Crédit photo – LAURA FLIPPEN

Je vous en avais parlé il y a quelques temps, j’ai interviewé Béa Johnson pour les besoins d’un projet et je me suis dit qu’il pouvait être intéressant que je partage cet interview avec vous. Parce que vous êtes nombreuses a vouloir changer vos habitudes , nombreuses a adopter des petits gestes au quotidien pour réduire votre consommation et par conséquent réduire vos déchets. Qui de mieux que Béa Johnson, la prêtresse du Zéro déchet pour répondre à cette problématique qu’est le déchet ?!

Evidemment toutes les réponses sont plus ou moins évidentes pour ceux et celles qui ont déjà lu son Livre Zéro déchet , (cela peut quand même servir de piqure de rappel) sinon cet article pourra peut être vous aider a y voir plus clair , vous donner envie de lire son livre et/ou pourquoi pas, vous y mettre aussi même si vous ne décidez pas d’en arriver aux extrêmes . N’oubliez pas que chaque petit geste compte ;-)

© Crédit photo - LAURA FLIPPEN
© Crédit photo – LAURA FLIPPEN

Comment vous est venue l’idée de réduire vos déchets , quel a été le déclic ?

En 2006 nous avons décidé de déménager d’une grande maison situee en banlieue dortoir (on était obligé de se déplacer en voiture pour aller partout) pour vivre dans un centre-ville et avoir école, ciné, bibliothèque, restos, théâtre, épicier, etc. a proximité, c’est à dire à quelques minutes à pied ou à vélo de chez nous.

Avant de trouver la maison idéale, nous avons loué un petit appartement pendant un an. Nous avons, emménagé avec le minimum d’affaires et stocké le reste dans un garde-meuble. Nous avons alors appris que vivre avec moins nous permettait de vivre plus: Nous avions tout à coup plus de temps pour se detendre en famille, pour se balader, aller à la plage, faire des pique-niques, etc.

Par la suite, nous avons donc acheté une maison deux fois plus petite que la précédente et nous sommes désencombrés de 80% de nos biens matériels. Le temps que nous avons gagné grâce à cette simplicité volontaire nous a ensuite permis de nous informer sur les problèmes de l’environnement. Nous avons lu des ouvrages et regardé des documentaires sur la question. Ce que nous avons découvert nous a fortement attristé en pensant au futur que nous allions leguer à nos enfants (j’ai pleuré en regardant le documentaire Home). Cela nous a motivé pour changer notre façon de vivre.

Quels ont été les choses les plus difficiles a mettre en pratique dans votre quête vers le zéro déchet?

Le plus difficile pour nous, a été de trouver notre équilibre car nous avons au départ testé des extrêmes. Je me suis emportée dans un trop de fait-maison. Je me suis mise à fabriquer mon propre fromage, beurre, yaourt, pain, lait de soja etc. Mais je me suis vite rendue compte que tout cela n’était pas tenable sur le long terme et donc pas durable pour notre foyer si nous voulions nous y tenir à vie, surtout avec des emplois à temps plein. Nous avons donc laissé tomber les extrêmes (par exemple, j’amène un sac en tissu à la boulangerie, un bocal pour le fromage à la coupe). Nous sommes aujourd’hui heureux avec toutes les alternatives que nous avons adoptées. Le Zéro Déchet est simple et automatique.

5_step_plan

 

Avez-vous changé vos habitudes petit à petit ou de façon radicale ?

Notre démarche a été tres graduelle. Sans avoir de but précis au départ, nous avons tout simplement décidé de réduire notre emprunte carbone. Mais un jour, je suis tombée sur le terme Zéro déchet. Il n’était à ce moment-là, utilisé que pour décrire des pratiques industrielles ou de gestion des déchets à l’échelle municipale, mais pour moi il a créé un déclic, un but précis. Je me suis dis qu’après tout, si on n’est pas pour le Zéro Déchet pour quel pourcentage de réduction sommes nous, alors ? Il est évident que le Zéro Déchet prend du temps au départ pour s’y adapter : pour perdre de mauvaises habitudes et pour s’organiser mais le but de mon livre est d’aider autrui à parvenir à réduire ses déchets plus rapidement que cela nous a pris. Une fois en place, ce mode de vie économise énormément de temps, en simplifiant l’entretien de la maison,  la gestion des déchets (trier, sortir poubelle et recyclables), et le ravitaillement.

Comment votre entourage (famille/amis) a-t-il réagit à votre nouveau style de vie ? (mes amis s’offusquent à chaque fois que je leur dis que je n’ai pas de Sopalin, ça n’a pas du être facile tous les jours)

Ca faisait déjà des mois que je travaillais sur la réduction de nos déchets et que nous avions un garde manger sans emballage, lorsque j’ai appris que mes enfants ne s’en étaient même pas aperçus! Les enfants ont des besoins simples. Tant que ces besoins sont assouvis, ils sont heureux: tant qu’un bon petit déjeuner leur est présenté le matin, qu’un gouter les attend à la maison en rentrant de l’école, ils sont satisfaits! Mes enfants ont aujourd’hui vécu plus longtemps sans déchet qu’avec… Le Zéro déchet fait complètement parti de notre quotidien. Pour eux, c’est donc la norme, mais ils sont conscients de la belle qualité de vie que nous offre le Zéro Déchet car notre vie est maintenant basée sur les expériences non pas les biens matériels. Il n’est plus axé sur le verbe « avoir », il l’est aujourd’hui sur le verbe « être ». Ce mode de vie nous permet donc de passer plus de temps ensemble et de vivre de sacrées aventures, dont ils sont fiers.

Mon mari, lui, n’était pas convaincu au départ : Il craignait que ce mode de vie ne coûte plus cher. Je l’ai donc encouragé à comparer les relevés de banques de notre ancien mode de vie avec ceux du mode de vie Zéro Déchet: c’est là qu’il s’est aperçu qu’on faisait 40% d’économies. Cela est dû au fait que :

  1. On consomme beaucoup moins qu’avant (on n’accroit plus le nombre de biens matériels , on a juste ce qu’il nous faut et on s’y tient ! ),
  2. On achète d’occasion lorsqu’on a besoin de remplacer quelque chose (tee-shirt trop petit par exemple),
  3. On a remplacé ce qui est jetable par des produits réutilisables,
  4. On achète notre nourriture en vrac.  Savez-vous que pour chaque produit emballé que vous achetez, 15% du prix couvre le coût de l’emballage? Cela signifie qu’en éliminant les emballages, on économise d’emblée 15%. Toutes ces économies nous ont même permises d’installer des panneaux solaires sur notre toit (ce qui nous fait encore plus d’économies) et de s’offrir des activités/aventures familiales. Sinon, mes amis et ma famille respectent notre mode de vie tout comme on respecte les leur lorsqu’on va chez eux !

 

Dans votre style de vie , le « Do it yourself »   doit avoir une part prépondérante ? Combien de temps consacrez vous au « fait maison » ?

Beaucoup s’imaginent que je passe mes journées à fabriquer mes propres produits, et que ma famille parvient à faire Zéro déchet grâce à tout un « fait-maison ». Ce sont deux des aprioris les plus communs associes à ce mode de vie, et ils ne pourraient être plus loin de la réalité. Nous sommes une famille de 4 et je travaille professionnellement à plein temps; le Zéro déchet m’économise énormément de temps car il dépend peu de ce qu’on fait à l’intérieur de chez soi. Il dépend plutôt de ce qu’on fait à l’extérieur : en faisant ses courses en vrac et à la coupe (ce que je fais 1 fois par semaine), et en achetant d’occasion (2 fois par an pour nos vêtements). Aujourd’hui, je ne fabrique que très peu de produits : que ce que je ne peux pas trouver en vrac. Cela se résume aux cosmétiques : Je fabrique mon khôl, mascara, et baume pour les lèvres une fois tous les 2 ans environ.

 

En France, il y a de plus en plus de magasins qui proposent du vrac mais cela s’arrête aux Pâtes, céréales, fruits secs et quelques gâteaux ? il est par contre beaucoup plus difficile d’acheter des huiles végétales, du savon liquide,  du lait , etc… quel serait votre solution ?

Sachez que le vrac n’est pas plus développe en France que dans mon pays… La France présente d’ailleurs certains avantages que les USA n’ont pas. Voici, dans la foulée, quelques exemples… Les marchés de producteurs et les halles y sont une excellente source de vrac ou de produit à la coupe (chez nous, au marche, les produits animaux y sont vendus sous vide). Le vin en vrac y est beaucoup plus développé qu’ici. Le beurre et la crème fraiche y sont disponibles au poids à la fromagerie, et les œufs en vrac au supermarché. Les petits artisans de campagnes, tels que les moulins à l’huile, les chèvreries et les apiculteurs sont bien indiques et accueillent avec joie les visiteurs. Et les magasins DaybyDay proposent bien plus de liquides en vrac que je n’ai eu l’occasion d’en voir aux US.

Les magasins de vrac sont en effet en pleine expansion : Mon livre a inspiré des centaines d’entrepreneurs à se lancer, comme Gérard de Jean Bouteille qui ramène la consigne sur le marché, comme Alice Bigorgne qui a ouvert un magasin Day by Day a Lille (que j’ai eu l’honneur d’inaugurer), ou Anne Fournier qui a ouvert une épicerie ambulante sans emballage dans le Périgord. Il revient à chacun de discerner les potentiels zéro déchet de sa région et de les exploiter au maximum. C’est ce que nous avons fait en Californie, c’est ce que nous faisons quand nous venons en France. De plus, si votre magasin ne propose pas de produits liquides en vrac, suffit de tout simplement le demander. Si vous ne faites pas entendre votre voix, rien de changera. Pour connaitre les emplacements de vrac dans votre région ou ailleurs dans le monde et partager ceux que vous découvrez, vous pouvez télécharger mon appli, Bulk!

 

Au niveau maquillage,  on voit que vous êtes une femme qui s’occupe d’elle, comment faites vous pour générer zéro déchet dans votre salle de bain?

Je livre toutes mes astuces dans mon livre, Zéro Déchet, et vous parle de mon maquillage dans la question précédente… Mais voici 3 autres idées :

  • On utilise un pain de savon, tel qu’un savon d’Alep (acheté en vrac bien sûr), de la tête au pied: Il sert aussi bien de shampoing que de savon pour le corps ou le visage et même de crème à raser , il élimine donc tout un tas de produits et d’emballages.
  • On choisit une brosse à dent en bois: une fois usée, on peut la mettre au compost
  • On a decourvert des alternatives simples à nos produits cosmétiques ou d’hygiène dans notre garde-manger : Le cacao en poudre remplace le fard à joues, une huile végétale la lotion corporelle, le bicarbonate de soude le dentifrice et exfoliant.

zero dechets (1 sur 1)-2

Partageriez-vous avec les lectrices 3 conseils pratiques à adopter pour devenir une vraie pro du zéro déchet ? 

Le Zéro Déchet n’est pas aussi compliqué que ce que l’on pourrait penser. Pour réussir, il suffit d’appliquer 5 règles, en ordre d’importance:

  1. Refuser le superflu (courriers non désirés, babioles, ou petits cadeaux gratuits à une foire par exemple),
  2. Réduire le nécessaire (meubles, habits…)
  3. Réutiliser en remplaçant tout produit jetable par un équivalent réutilisable (cela inclut faire ses courses en vrac avec des contenants réutilisables) et en achetant d’occasion.
  4. Recycler ce qu’on ne peut pas refuser, réduire ou réutiliser (il reste donc très peu de matériaux a recycler)
  5. Composter le reste (détritus organiques: épluchures de fruits et légumes, mais aussi peluches de sèche-linge, balayures, ongles et cheveux coupes, etc)

Les 3 premières sont les plus importantes, car elles permettent la prévention des déchets !

∗ Son livre :  Zéro Déchet| Béa Johnson

Author: Emie

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *