Les Plantes depolluantes dans nos maisons

Si nos maisons sont polluées, des gestes simples peuvent limiter les dégâts. Pensez aux plantes dépolluantes ! Le principe de la dépollution repose sur l’échange gazeux. Les polluants de l’air sont absorbés par les feuilles. Des micro-organismes vivant dans les racines convertissent les polluants en produits organiques qui servent alors à nourrir les plantes. La plante émet ensuite de la vapeur d’eau par un processus que l’on appelle  « transpiration » et améliorent ainsi le taux d’humidité dans la maison et le taux d’oxygène. Plus les plantes sont grosses, plus la surface de feuille est importante et plus l’échange gazeux est important.

Les plantes les plus efficaces pour dépolluer l’air sont : l’Aloe vera et le Philodendron qui éliminent respectivement 90% et 86% du formaldéhyde. Le Philodendron qui élimine aussi le pentachlorophénol.  L’Azalée élimine quant à elle l’ammoniac, le Lierre élimine le benzène. Les spécialistes estiment que l’efficacité maximum est obtenue par un minimum d’une plante par 9 m2. La multiplicité des plantes et leur grosseur assurent un résultat proportionnellement plus important.

Les plantes peuvent être installées dans toutes les pièces y compris les chambres, une plante par chambre. En si, malgré une idée reçue, le rejet en monoxyde de carbone la nuit par les plantes d’intérieur est négligeable en comparaison à la quantité d’oxygène rejetée dans la journée.

Quelles plantes dans quelles pièces ?

Dans le salon
FICUS : Formaldéhyde, ammoniac, xylène, toluène
GERBERA : Formaldéhyde, ammoniac, xylène, toluène
DRACAENA : Presque tous

Pièce « conventionnelle » : limiter les dégâts.
FICUS CAOUTCHOUC (Gommusier) : Formaldéhyde
FOUGÈRE DE BOSTON (Néphrolis) : Formaldéhyde, xylène

Dans la chambre de bébé : pas n’importe quelle plante :
ARECA : anti xylène
DRACAENA : Presque tous
CHLOROPHYTUM : plante araignée absorbent de nombreux polluants et notamment le formaldéhyde
FOUGÈRE DE BOSTON : Formaldéhyde, xylène

Dans la salle de bain aussi …
CHAMAEDOREA : Nombreux polluants
CHLOROPHYTUM : Nombreux polluants

Mais attention ! Dans tout les cas, n’oubliez pas que certaines de ces plantes peuvent se révéler toxiques et doivent donc être disposées en hauteur, de manière à ce que bébé ne puisse y avoir accès (au dessus d’une armoire fixé au mur, ou accroché au plafond à l’aide d’un crochet).

Author: Emie

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *