DIY ∴ La Saponification à froid ∴

En furetant sur mon site, j’ai remarqué que cela faisait un bye que je ne vous avais pas parlé savon, ou plutôt saponification à froid ! Mon dernier tuto sur le sujet date du 15 mai 2007 sur mon vieux blog tout moche.  Du coup, comme Noël arrive à grands pas et que j’aimerai bien glisser dans mes paniers quelques savons homemade (peut-être que vous aussi ?!)  C’était l’occas’ ou jamais de vous en reparler un petit peu. Ce tuto est évidemment adapté aux novices…

Le savon est le produit d’une réaction chimique entre une matière grasse (végétale ou animale) et une base (soude caustique / hydroxyde de sodium  pour le savon solide ou potasse / hydroxyde de potassium pour le savon en pâte ou liquide). Je ne parlerais ici que de saponification à froid permettant de réaliser des savons solides classiques (je ferais certainement un billet pour le savon liquide et en pâte car la aussi le sujet a été abordé il y a plusieurs années avec le savon noir …)

En gros, la savon c’est du gras et de la soude qu’on mélange ensemble …

 

Les matières premières


 

Les matières grasses

On peut utiliser des nombreuses huiles & beurres végétaux (ainsi que des matières grasses animales comme le saindoux par exemple, mais personnellement je n’utilise que des matières grasses végétales) Toutes les matières grasses sont différentes de par leurs compositions chimiques ce qui donnera à chaque nouvelle recette un savon avec des propriétés différentes ,+/- dur, +/- de mousse, +/- asséchant… En gros, les acides gras saturés apportent dureté et mousse, et les acides gras insaturés apportent douceur pour la peau. Par exemple, une forte concentration en acide stéarique apportera dureté au savon (on le trouve notamment dans les beurres végétaux: karité, cacao) tandis qu’une forte concentration en acide laurique apporte un excellent pouvoir moussant (on le trouve notamment dans l’huile de coco ou de babassu – d’ailleurs vous pouvez constater que la plupart des tensioactifs sont élaborés avec ces mêmes matières premières) Une forte concentration en acide gras mono & poly-insaturés apportent douceur  et propriétés bénéfiques pour la peau.  L’idéal est donc de combiner tout pleins d’acides gras différents pour obtenir le plus merveilleux des savons ! Pour formuler votre savon et trouver le bonne équilibre entre savon dur, doux et moussant  , vous trouverez un tableau récapitulatif et explicatif ici .

J’avais écrit un article sur les acides gras ici , si vous souhaitez en savoir plus.

 

La Soude Caustique

La soude ou hydroxyde de sodium ( formule chimique: NaOH) est le réactif qui met en route le processus de saponification (qui transforme les matières grasses en savon grâce à la soude). Personnellement j’achète ma soude chez Casto ou à Auchan au rayon bricolage. Attention à ne pas la confondre avec les cristaux de soude ou les produits pour déboucher les toilettes à base de soude … Je n’utilise que de la soude caustique pure (donc non dilué) en petites billes. Par contre, faites très attention, La soude est un produit extrêmement caustique d’où son nom : il convient de la manipuler avec la plus grande précaution (ne surtout pas inhaler > utiliser un masque , peut provoquer des brûlures > utiliser des gants ; pas d’enfants ni d’animaux dans les parages pendant la manipulation) Personnellement, je dissoud ma soude sur la terrasse .

 

Les Ajouts

On pourra en fin de préparation (à la trace*) ajouter des actifs (argile, huile essentielle, huiles végétales riches) , des parfums (huiles essentielles, fragrances) , des colorants (mica, oxyde de fer …) , particules exfoliantes (graines de pavots, flocons d’avoine reduit en poudre…), des laits …

 

Mode opératoire


 

Pour réaliser votre savon, vous devez tout d’abord choisir votre moule pour savoir la quantité de pâte à réaliser. Je fais mes savons par 500 gr ou 1kg. J’utilise des moules en bois que je chemise avec un sac écologique ou du papier sulfurisé. Vous pouvez également opter pour des moules en silicone.

Ensuite , il va falloir calculer … Pour cela j’utilise un calculateur sur internet comme ici ou  (j’en ai vu un en français ici que je n’ai pas testé) ça limite les risques d’erreur (en sachant que l’erreur est fatale , un savon caustique est  inutilisable) . Ensuite c’est très simple , il suffit de rentrer dans le calculateur les quantité d’huiles et de beurres que l’on souhaite utiliser (par exemple 500 gr d’huile d’olive, 200 gr de karité) , de choisir NaOH (qui est la formule chimique de la soude caustique) et de lancer le calculateur qui se chargera de calculer pour vous la quantité de soude préconisée. Vous n’avez plus qu’a choisir le taux de surgraissage  (% excess fat) (ce qui donnera un savon +/- doux pour la peau – mais attention si vous avez prévu d’ajouter des huiles en fin de préparation , cela va également surgraisser le savon… Je choisis toujours un savon surgras entre 5 et 8 % (5 si j’ajoute quelques huiles végétales à la trace, 8 si je n’en ajoute pas) Attention chaque huiles et beurres a un indice de saponification différents, après calcul, on ne peut plus changer de beurres ou d’huiles (on ne remplace par l’huile d’olive par autre chose sans refaire le calcul !) 

Le matin (ou plusieurs heures avant de préparer le savon) Je prépare ma lessive de soude, c’est à dire mon mélange d’eau et de soude. (en général : quantité de soude x 2,8 = quantité d’eau recommandée). Par exemple, la calculateur me dit que pour ma recette je dois utiliser 100 gr de soude, je vais donc utiliser 280 gr d’eau froide. Pesez votre soude et l’eau dans deux récipients différents. Puis procéder au mélange. Celui-ci va certainement certainement fumer , il ne faut donc pas inhaler (utilisez un masque ou un bandeau). La soude a aussi tendance a s’accrocher au paroi du saladier, il faut donc mélanger délicatement en même temps que vous préparez le mélange.(utilisez des gants) Ensuite, je laisse refroidir ce mélange plusieurs heures dans un endroit ou personne n’ira fourrer son nez  (dans le garage par exemple) Si vraiment je suis pressée, je remplis mon évier d’eau très froide et je place mon saladier à l’intérieur (comme pour un bain marie).

Le contact de la soude et de l’eau produit une réaction exothermique: ça chauffe c’est pourquoi on utilise de l’eau froide et des gants (risque de brûlures)

moule chemise

Une fois ma lessive de soude bien refroidie, Je chemise mon moule avec du papier sulfurisé ou un sac écologique coupé aux dimensions de mon moule.

melange huile

Je prépare mon mélange de matières grasses végétales et si j’utilise des beurres solides comme ici , je place mon saladier sur un bain marie d’eau chaude pour le faire fondre tranquillement.

trace

Ensuite je verse ma « lessive de soude » (froide) dans mon saladier de matières grasses (huiles/beurres tièdes < 30° ou froids) Et je mélange le tout avec un mixer plongeant en prenant soin de faire des pauses toutes les deux minutes pour laisser la pâte « respirer » . On doit mixer jusqu’à la fameuse « trace » , c’est à dire le moment ou le mélange va être assez épais pour laisser une trace si on laisse une goutte tomber sur la pâte. (c’est le stade ou la pâte ne va plus se déphaser)

On peut avoir une trace légère, l’idéal si l’on veut ensuite avoir le temps d’ajouter des actifs en poudres : de l’argile, des exfoliants, des fragrances (certaines d’entres elles accélèrent le processus) ou avoir des savons bien lisses. On mixera un peu plus longtemps pour avoir une trace plus épaisse : L’idéal si l’on souhaite ajouter des actifs liquides (huiles végétales, anti-oxydants) ou faire des effets de couleurs, des marbrages, des effets chantilly sur le savon …

savon coule

 

A ce stade , on peut couler la pâte dans le moule , le couvrir  (j’utilise un sac écologique que je coupe à la bonne dimensions et le couvercle du moule) pour éviter la formation de cendre de soude qui ferait blanchir le dessus du savon et le laissez saponifier tranquillement dans un endroit sur (je le met dans le four éteint pour la nuit) . 48 h plus tard, je démoule, je coupe le savon. Quand j’utilise des moules en silicone (ce qui est très rare, je préfère  largement le gros pain de savon à découper plus authentique) , je passe mon savon au congélateur 1h pour pouvoir le démouler sans « dommages » pour le savon, parceque la pâte de mon savon est peut être encore un peu molle et peut s’accrocher aux parois du moule.

A ce stade, mon savon est terminé. Maintenant, il va falloir patienter 1 mois … Un mois de cure pour que mon savon soit prêt à être « utiliser » , patience ;) Testez le pH de votre savon avec une bandelette prévue a cette effet : votre savon doit avoir un pH compris en 8 et 10.

 

 

Author: Emie

Répondre à Milla Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Bonjour,
    Merci pour le partage. En plus les photos sont très belles.
    Le savon à froid n’a pas encore la notoriété qu’il mérite mais ça avance.
    On espère que tout le monde puisse découvrir les avantages pour la peau.

  • Bonjour, et merci pour les informations que tu partages.

    J’envisage de me mettre à la saponification à froid et j’aurais aimé avoir des infos concernant le moule ; je souhaite en fabriquer un (ou plusieurs) moi-même, en matériau écologique, et j’ai quelques questions en tête auxquelles j’espère que tu pourras me répondre ; les voici :

    – faut-il remplir le moule à ras nécessairement (pour que le film de protection puisse être installé convenablement) ?
    – où trouve-t-on les sacs écologiques dont tu fais mention ? En quel matériau sont-ils fabriqués ? Sont-ils réutilisables (après lavage ?) ?
    – y a -t-il un risque que la préparation liquide coule de façon intempestive si je fabrique une cloison amovible qui pourrait s’insérer à différents endroits en se logeant dans des rainures (fentes) pour faire varier le volume du moule selon la quantité de savon à fabriquer ?

    Par avance un grand merci ! !

  • Mes savons se couvrent de « cendre de soude » pendant la cure. Comment l’éviter afin de préserver l’aspect.
    Merci et bravo pour votre site-

  • Bonsoir.
    Super ton blog je viens de commande ton livre sur les cosmétiques.
    J ai déjà fait plusieurs savon à froid mais j attend toujours que ma soude et huile sont entre 38 et 45 degrés selon les ingrédients. (Je suis les conseils des livres ) et C est long du coup d attendre . Toi tu prépare à l avance et tu fait ça avec de la soude froide et huile froide? Enfin tiède. Tu ne te préoccupe pas des températures ? Alors je n ai plus d intérêt à attendre le moment des 45 ° ? Merci pour ta réponse.

  • Bonjour,
    Merci beaucoup pour ce « tuto » magnifique, cela fait un moment que j’hésite à ma lancer mais avec des explications si claires et si bien imagées, je vais plonger, surement ce WE.(je suis nouvelle dans le fait maison)

    Je suis devenue comme beaucoup accro à votre site et vous envoie toutes mes félicitations pour votre travail; tant sur le plan cosmétique que « webmestre »

    http://blog.la-pigiste.com/

  • Merci pour ton tuto !
    Moi aussi je fais mes savons !!
    par contre mon mari trouve que ça ne mousse pas assez !!
    qu’est ce que tu me conseil de mettre dedans? merci

    • il y a des acides gras qui favorise une belle mousse dans un savon SAF.
      acide laurique, acide palmitique , acide myristique , ricinoleique …
      tu les trouve dans les huiles de palme, de coco, de ricin , de baobab et aussi dans les beurres végétaux par exemple …

  • Bonjour,
    Je souhaite fabriquer un savon avec du lait d’avoine maison : comme j’utilise de la lessive de soude déjà prête, je sais que je ne dois pas ajouter trop de liquide à la trace, mais comment determiner la limite ?

  • Super article, je cherche le max d’infos sur la saponification à froid pour les recouper et faire « à ma sauce » !J’ai vu un beau moule à savon en bois sur Mycosmetik mais j’aimerai savoir d’ou viens le tien ? :)

  • juste pour te dire ,que mes premiers savons ,je les ai fait avec ton premier article; c’était super bien expliqué et depuis je ne m’arrête plus!! encore merciiii

  • On avait fait des savons en chimie (saponification à chaud par contre) et le prof nous avait dit que pour pouvoir utiliser le savon sans dommages sur la peau, en plus de le laisser reposer un mois voir plus, il était préférable de laver sa surface également, car parfois de fines couches de soudes restent à la surface, alors il fallait frotter la surface à l’eau froide pendant quelques secondes et le relaisser sécher a nouveau une semaine.

    Je ne sais pas si tu as déjà eu affaire à ça, qu’en penses tu?

  • Merci pour ce tuto ! Je compte me lancer prochainement dans la SAF, mais avant je veux que ça soit bien clair dans ma tête … Et grâce à ton article, j’ai maintenant tout compris :D Merci beaucoup

    Delphine